fp_entete_seconjuguerausingulier

Se conjuguer au singulier en familles plurielles
23 mars 2013 - Louvain-La-Neuve

Quelques mots des organisateurs …

A l’occasion des 60 ans de l’Accueil Familial et des 30 ans de l’Accueil familial d’urgence, un colloque a été organisé pour rassembler professionnels de l’enfance, particuliers, parents, étudiants, … pour fêter ensemble ces anniversaires.

Le fil conducteur de cette journée fût la façon dont l’enfant se construit au gré des appartenances multiples qui jalonnent sa vie. Chaque histoire étant bel et bien singulière face à des modèles familiaux pluriels qui s’inscrivent dans le temps de façon chaotique.

Thèmes et intervenants

« Deux appartenances, deux résiliences : forces et fragilités ? »

fp_petit_garcon_20130321nL’être humain naît et chemine dans la vie au travers de liens multiples qui  se construisent, se nouent, se rompent, se substituent, … Au travers de ces rencontres, tant en famille recomposée, qu’en famille d’accueil, en adoption, … ces appartenances multiples engendrent des liens entremêlés.  Une référence, un attachement, une filiation, une rupture, peuvent bousculer l’existence, en bien comme en mal, dans des histoires où les filiations sont multiples. Quelles ressources l’enfant peut-il y trouver sans s’y empêtrer ?

Boris Cyrulnik

Neurologue, psychiatre, psychanalyste, éthologue français, responsable de recherches, enseignant et écrivain.


« L’adolescence, temps de vérité face à des parents qui n’entrent pas dans le moule ? »

L’adolescence, son vécu, « sa crise », on en parle tous les jours. Comment alors pouvoir l’aborder en essayant de dédramatiser et de positiver ce temps de passage ? Et si l’on contournait nos peurs d’adultes, parfois en position d’inconfort due à une légitimité parentale vulnérable, en s’appuyant sur la solidité du lien qui nous relie à nos ados ?

Jean Epstein

Ppsychosociologue spécialisé auprès de jeunes enfants, d’adolescents et des familles.


« Comment éviter que la protection des enfants ne finisse par se retourner contre eux. »

fp_petite_fille_20130321nL’art d’aider, de protéger, d’éduquer ne consiste-t-il pas si souvent à créer les conditions d’un risque … acceptable mais indispensable…  Comment aborder la résilience lorsque nos systèmes d’intervention sont immobiles, coincés ou, au contraire, s’emballent ? Quels seront les chemins possibles à prendre, différents des paysages déjà explorés, pour permettre à des parents fragiles de prendre pleinement leur place ? À l’instar du « Guide du Routard », existe-t-il des bons plans à connaître, des balises pour se risquer en terre inconnue et faire exister les compétences des parents ?

Guy Hardy

Assistant social, formateur à l’intervention systémique et en programmation neuro linguistique dans des cadres contraints tant en Belgique, en France, en Suisse, qu’au Canada.


« Adoption, accueil familial, placement en institution: comment choisir entre ces trois mesures de protection pour un enfant précis ? »

Souvent, les différentes mesures pour assurer le meilleur développement d’un enfant en difficulté sont discutées et assumées à partir de positions idéologiques et non pas cliniques. La qualité réelle du lien parents-enfant est le critère fondamental sur lequel s’appuyer pour aborder ce choix avec responsabilité.

Stefano CIRILLO

Psychologue et thérapeute familial, co-directeur de l’école de thérapie familiale de Milan et membre fondateur du Centre pour l’Enfant Maltraité de Milan.

Galerie de souvenirs

Reportage sur place de AMO Transit

« Un colloque réunissant des invités prestigieux », voilà comment l’Accueil Familial et l’Accueil Familial d’Urgence ont décidé de fêter leurs 60 et 30 années d’anniversaire au service de l’accompagnement des enfants, de leurs parents et des familles d’accueil. Le fil conducteur de cette journée du 21 mars a été le jeune et la façon dont il se construit  au gré des appartenances multiples qui jalonnent sa vie, au gré des liens entremêlés entre famille de sang, famille d’accueil… Bref, ces familles plurielles.

L’Aula Magna situé à Louvain-la-Neuve a été choisi pour accueillir l’événement auquel 1400 personnes environ ont répondu présentes. C’est près du double de ce qu’avaient prévu les organisateurs. Heureusement, afin de ne pas décevoir trop de monde face au rapide sold out du colloque, une salle de vidéo-conférence a été prévue.

A 9h00, après une mise en bouche réalisée par la section hôtellerie de l’École Roi Baudouin de Schaerbeek, la journée marathon pouvait commencer.
Des orateurs de talent

L’ouverture du colloque a été réalisée par Béatrice vander Linden, présidente de l’Accueil Familial et Daniel Hanquet, président de l’Accueil Familial d’Urgence.

Ensuite, le pupitre a été successivement laissé aux quatre invités principaux afin d’aborder une question particulière. Chacune était introduite par une capsule vidéo donnant la parole aux jeunes sur le thème abordé. Une parole sincère, touchante, mâture, fragile et forte à la fois.

Après une heure de discours, les orateurs étaient invités à rejoindre un petit salon. Là deux discutants les attendaient pour prolonger les réflexions sur le thème abordé, ceci permettant la mise en perspective de manière dynamique et interactive dans un échange ouvert.

Le premier à fouler la scène a été le tant attendu Boris Cyrulnik, neurologue, psychiatre, psychanalyste, éthologue français, responsable de recherches, enseignant et écrivain… Autant  de professions que David Lallemand, modérateur des débats, eut peur d’en oublier. Avec toute son expérience, voire sa sagesse, il a expliqué le cheminement de l’être humain au travers des liens multiples qui se construisent, se nouent, se rompent, se substituent au cours de sa vie.

Les interventions suivantes ont davantage ponctué la salle d’éclats de rires. Guy Hardy, assistant social et formateur à l’intervention systémique et en programmation neuro linguistique, a abordé avec piquant « Comment éviter que la protection des enfants ne finisse par se retourner contre eux ? ». Jean Epstein, psychosociologue, riche en anecdotes, a quant à lui apporté ses éléments de réponse à la question « L’adolescence, temps de vérité face à des parents qui n’entrent pas dans le moule ? ».

Le dernier à intervenir était Jean Van Hemelrijck, psychologue, thérapeute de couple et familles et formateur à l’intervention systémique à « La Forestière » à Bruxelles, avec une thématique plus légère « Comment utiliser l’humour à bon escient pour se décaler dans les interventions professionnelles en famille ? ».

Après le mot de clôture, c’est autour du verre de l’amitié que le public a pu vaquer à ses propres petits débats suscités par les discours entendus, à son propre remue-ménage d’idées, et à ses impressions sur le colloque dont voici quelques extraits :

Par Alicia Alongi, journaliste-web à AMO Transit Montage vidéo par Benoît Moury, directeur d’AMO Transit.

Merci aux partenaires de l’événement

La Fédération des Services de Placement Familial

fp_partner_fspf

lesfamillesdaccueil.be

L'image ne s'affiche pas.

La fédération Wallonie-Bruxelles

L'image ne s'affiche pas.

La Direction générale de l’Aide à la jeunesse

L'image ne s'affiche pas.

Le Collège Roi Baudouin

L'image ne s'affiche pas.