0.00

 

Programme de la journée

📌 8h15 • Accueil

Par les élèves de l’Institut de la Providence de Woluwe-St-Lambert, section agent en accueil et tourisme.


📌 9h00 • Ouverture du colloque

Par Xavier Verstappen, président de Familles Plurielles.


📌 9h10 • Florence CALICIS

La transmission transgénérationnelle des traumatismes psychiques

Certains de nos patients, quel que soit leur âge, manifestent des symptômes dont l’origine semble énigmatique. Ils éprouvent tantôt un malaise diffus, tantôt des symptômes dont on peut penser qu’ils ne leur appartiennent pas directement. On peut, en effet, hériter des traumatismes non résolus de ses parents ou grands-parents, même s’ils sont restés secrets. Et bien souvent,
pour la/les génération(s) suivante(s), le secret ne reste pas muet, il bruisse…

Le porteur du symptôme n’en détenant pas la clé, faire appel à sa famille d’origine et dans certains cas la convier en séance ouvre de nouvelles perspectives. Mais ce n’est simple car les parents ou les grands-parents ont eu de bonnes raisons de dissimuler leurs traumatismes, non seulement aux autres, mais aussi à eux-mêmes : le secret les a notamment aidés à tenir la souffrance à distance. Dès lors, le clinicien se trouve face à un dilemme puisque son patient pâtit d’un non-dit qui a protégé un de ses parents ou grands-parents.

Par quels mécanismes subtils les secrets de famille se transmettent-ils ?  En thérapie, quand convient-il d’encourager les parents à les révéler à leurs enfants ? Quels bénéfices peut-on en attendre ? Des pistes cliniques seront proposées pour accompagner les familles dans ce travail redouté mais libérateur.

Florence Calicis

Florence Calicis exerce comme psychologue et thérapeute systémicienne avec des familles, des couples et des individus. Son activité se partage entre la pratique clinique et la formation à l’approche systémique et à la thérapie familiale au CEFORES (UCLouvain).

Elle est membre du comité de rédaction de la revue Thérapie familiale.


📌 10h40 • Pause-café


📌 11h00 • Boris CYRULNIK

L’enfant a toujours l’intuition de son histoire. Si la vérité lui est dite, elle le construit. Malheureusement, dans les familles, des évènements honteux ou traumatisants restent sous silence mais réussissent à se faufiler dans l’inconscient collectif de la famille. Il en résulte des préjudices qui résultent de la souffrance passée non traitée par nos ancêtres. Boris Cyrulnik distingue, chez les hommes, le trauma (par ex. un coup) du traumatisme (représentation du coup). Les personnes qui ont été blessés gravement par un traumatisme ont été laissées pour mortes. Ceci n’est pas une figure rhétorique et ceux qui surmontent l’épreuve sont des fantômes triomphants.

Triomphants mais fantômes tout de même, que l’on accueille avec peur et que l’on fait taire. Car on fait taire tous ceux qui ont subi de grands traumatismes pour se protéger de l’insupportable. Pour tous les traumatisés, une partie de leur personnalité va entrer en contact avec l’autre, et une autre va souffrir en secret. Et au fond d’eux-mêmes, cette mort murmure. Nos ancêtres morts sont souvent invisibles mais ne sont pas absents ; ils sont plutôt les fantômes qui hantent nos arbres généalogiques.

Comment trouver un chemin où la parole libérée peut être acceptée par l’autre et s’affranchir du silence ?

Boris CyrulnikBoris Cyrulnik, né le 26 juillet 1937 à Bordeaux, est un neurologue, psychiatre, ethnologue et psychanalyste français.

Directeur d’enseignement depuis 1996 à la Faculté des lettres et sciences humaines de Toulon, président du Centre national de création et de diffusion culturelles de Châteauvallon (depuis 1998), président du Prix Annie et Charles Corrin sur la mémoire de la Shoah (depuis 2005), Boris Cyrulnik est surtout connu pour avoir développé le concept de « résilience » (renaître de sa souffrance).


📌 12h30 • Walking dinner


📌 13h30 • Pascale JAMOULLE

Lorsque l’exil s’impose, son histoire personnelle ou familiale n’est pas toujours bonne à dire et s’efface, en tout ou en partie. Certains silences s’ordonnent. Une double identité survient, qui se superpose, pour dégager une chance d’être admis dans un pays étranger, dans un contexte de survie. Des hommes et femmes isolées, des familles réunies ou séparées, des jeunes et des enfants s’imposent un silence, avec une personnalité morcelée confronté à une urgence vitale d’être simplement accepté.

Au cœur de ces vies de migration, des « points de suspension », des « trous de mémoire », des « blancs et absences », des secrets de familles se conjuguent aux non-dits actuels des sociétés occidentales avec des modèles d’intégration multiples.

Pascale Jamoulle parle d’une triple rupture : avec leur passé (quand il ne leur est pas transmis), avec leur langue et leur culture d’origine (quand celles-ci sont censées disparaître) et avec la réussite sociale en Europe (quand elles se sentent mises au ban). La plupart ont connu différentes formes de précarité et parfois de violence, liées aux histoires personnelles, mais aussi aux problèmes de séjour, aux dominations de classe, de race et de genre. Ces parcours montrent, en effet loupe, les tensions sociales, les souffrances de l’exil, les impasses du métissage quand prévalent l’aveuglement, le mutisme et les relégations.

Il s’agira d’aborder la thématique du secret sous l’angle de l’immigration au regard de ces divers développements.

Pascale Jamoulle

Pascale Jamoulle est docteure en anthropologie, licenciée en lettres et assistante sociale. Chargée de cours à l’UMONS (Université de Mons) et professeure à l’UCL (Université de Louvain), elle est membre du Centre de recherche en inclusion sociale (CeRIS/UMONS) et du Laboratoire d’anthropologie prospective (Laap/UCL).


📌 15h00 • Pause-café


📌 15h20 • Serge TISSERON

Renoncer à la vérité, favoriser la communication

Un secret de famille n’est pas seulement ce qui n’est pas dit. C’est ce qu’il est interdit d’évoquer dans une famille car l’événement est entouré de douleur. Cette distinction permet de préciser la différence entre les secrets structurants et les secrets déstructurants.

Ceux-ci sont liés à des expériences traumatiques vécues par une génération et qui n’ont pas pu être complètement symbolisés. Il en résulte ce que j’ai appelé un Secret psychique pour le distinguer des secrets relationnels courants et souvent anodins. La personnalité est clivée. Mais ce qui n’est pas dit avec des mots est toujours partiellement symbolisé par des mimiques et des attitudes. Ce sont les suintements du Secret. L’enfant peut y réagir par un manque de confiance en soi et dans le monde, de l’insécurité psychique, de la culpabilité ou de la honte, en lien avec ce qu’il perçoit et imagine. Ce sont les ricochets du Secret, qui peuvent parfois affecter plusieurs générations successives, chacune se trouvant perturbée d’une manière propre.

C’est sur la communication que doivent porter les efforts, en famille ou en thérapie, plus que sur la recherche de la vérité qui reste souvent inaccessible.

Serge_TisseronSerge Tisseron est psychiatre, docteur en psychologie HDR, membre de l’Académie des technologies et du Conseil national du numérique. Il est auteur d’une quarantaine d’ouvrages et de plus de 200 articles. Il a découvert un secret dans la famille de Hergé à partir de la seule étude des albums de Tintin (Tintin chez le psychanalyste). Il a été l’initiateur en France des travaux sur les secrets de famille et de leurs effets pathogènes (Secrets de famille, mode d’emploi, 1996). Ses travaux actuels portent sur nos relations aux technologies.


📌 16h50 • Mot de clôture

Par Valérie GLATIGNY, Ministre francophone de l’Enseignement supérieur, de la Promotion sociale, de la Recherche scientifique, des Hôpitaux universitaires, de l’Aide à la jeunesse, des Maisons de Justice, de la Promotion de Bruxelles, de la Jeunesse et du Sport


📌 17h00 • Verre de l’amitié

Réservations

Toutes les réservations comprennent le lunch et les pauses-café.

  • Inscription classique : 125 € /p
  • Inscription à prix préférentiel : 115 € /p (réservation avant le 31/01/2023)
  • Inscription par groupe de minimum 5 personnes : 100 € /p
  • Un tarif spécial pour les étudiant, les demandeurs d’emploi, et les familles d’accueil est proposé sur base d’un justificatif : 85€ /p

Réserver

 

Informations pratiques

  • Accueil dès 8h15, début du colloque à 9h00 précises
  • Réservation sur le site Internet.  Les places étant limitées, l’inscription est effective après réception du paiement.
  • Parking aisé à Louvain-la-Neuve (Parking Grand-Place)
  • Pour les médecins, une demande de reconnaissance auprès du Comité d’Accréditation de Médecine a été introduite
    et pour les avocats, une reconnaissance d’agréation pour points de formation auprès de l’O.B.F.G.
  • Comment se rendre au colloque …

 

Télécharger l'affiche du colloque

Illustration

 

 

 

Organisation de colloques pour les professionnels de l’aide à la jeunesse, et de formations pour les accueillants familiaux.

 

Familles Plurielles asbl
ENTREPRISE 0662 516 235
IBAN BE56 5230 8083 1488

avenue Paul Hymans 87
1200 Bruxelles

Liens directs