fp_entete_dessinemoiunhorizon

Dessine-moi un horizon
23 mars 2017 - Louvain-La-Neuve

Dessine-moi un horizon : Le DVD est bientôt disponible !

Le DVD du colloque du 23/03/2017, “Dessine-moi un horizon : Comment les enfants construisent-ils leur sentiment de continuité au-delà des ruptures ?” est bientôt disponible.
 
 
 
Prévente : Réservez votre DVD dès maintenant. En raison d’un retard indépendant de notre volonté, nous sommes dans l’impossibilité de livrer les DVD dans le courant du mois de septembre comme annoncé. Nous espérons pouvoir vous les envoyer d’ici la fin octobre. Merci pour votre compréhension.
Pour réserver le DVD, cliquez-ici >>

Quelques mots des organisateurs …

Comme en 2013 et 2015, nous sommes heureux de vous inviter à notre colloque. Nous espérons que cette journée vous offrira de belles rencontres et un temps de ressourcement, pour repartir vers vos équipes avec enthousiasme et réflexion.Cette année, nous désirons nous attarder sur la préservation chez l’enfant du sentiment continu d’exister.

Cette perception émerge avant tout au sein de la famille, mais, s’il ne peut s’y développer, ce sentiment peut se renforcer partout où le jeune est accueilli.

Sachant que les interventions et décisions des intervenants ont un effet durable dans la vie de l’enfant, il est important de garder en permanence ce souci de la globalité de l’évolution de l’enfant, même s’il connaît la discontinuité dans la vie quotidienne.

L’important est de savoir comment il peut vivre ces discontinuités qui lui sont imposées, et comment l’aider à les intégrer et à les transformer en un vécu cohérent pour lui.

L’analyse de ces situations doit également permettre de développer des mesures préventives et une réflexion transversale afin de favoriser la construction d’un projet de vie pour l’enfant. Ce travail permet aux jeunes et à leurs familles de comprendre leur parcours de vie, et a un impact majeur sur leur avenir.

Dès lors, comment penser le projet de vie des enfants dans le cadre de ruptures familiales, lorsqu’ils grandissent en famille d’accueil, en institution résidentielle ou dans tout autre lieu ?

Comment accompagner ces enfants qui, de par leur vécu fait de séparations, parfois multiples, ont besoin de perspectives dans lesquelles ils pourront se projeter ?

Comment travailler avec eux les traumatismes générés par ces discontinuités, en prenant en compte la multiplicité des intervenants ?

Et dans ce contexte, comment créer un équilibre de vie qui autorise à regarder le passé, intégrer une histoire personnelle et penser le futur ?

L’équipe de Familles Plurielles A.S.B.L.

fp_dessinemoiunhorizon_famille

Comment les enfants construisent-ils leur sentiment de continuité au-delà des ruptures?

fp_dessinemoiunhorizon_dessin

Programme et intervenants de la journée

8h15 | Accueil

9h00 | Mot d’ouverture


9h10 | « La meilleure façon de protéger les enfants est de soutenir leurs parents, de reconstruire leur dignité d’adulte et, ainsi, de redonner aux enfants des parents au sens plein … même et surtout dans les situations de parentalité partielle »

fp_dessinemoiunhorizon_garcon1Le lien d’appartenance familial qui permet à l’enfant de se structurer ne nécessite pas pour s’établir d’une co-vivance constante entre parents et enfant. Ce à quoi il convient d’être attentif est de ne pas créer chez l’enfant de conflit de loyauté entre ses accueillants et sa famille d’origine. Pour cela, il importe que l’enfant sache que ses parents bénéficient, au moins autant que lui, de l’attention et du respect, voire des soins qui leurs sont nécessaires. C’est ainsi que l’enfant pourra au mieux exister au carrefour de ses appartenances.

Robert NEUBURGER

Robert NEUBURGER est psychiatre, psychanalyste et thérapeute de couples et de familles. Professeur honoraire de psychologie clinique à l’ULB, il forme et supervise des thérapeutes essentiellement en Suisse, en France et en Belgique. Il est également directeur scientifique du CEFA (Centre d’étude de la famille association) et ex-président de l’association suisse de thérapie familiale. Il est l’auteur entre autres de « L’autre demande », « Entre institutions et familles », « Les familles qui ont la tête à l’envers », « L’art de culpabiliser », « Exister » …

Discutants : Joanne CESCOTTO, adjointe à la direction du SARE Arpège et Pierre HANNECART, directeur général adjoint A.I. et directeur du service d’inspection des SAJ et SPJ.


11h00 | « Le temps de l’enfant à l’intersection d’histoires multiples »

fp_dessinemoiunhorizon_fille2Si l’enfant est souvent évalué en fonction de l’adéquation de son développement à une moyenne calculée sur une population de son âge, il est essentiel de prendre en considération le poids des passés et des projections vers le futur des personnes qui l’entourent: famille d’origine, familles reconstituée, adoptante ou d’accueil; enseignants, intervenants psycho-sociaux, membres du corpus judiciaire, etc.

L’enfant vit parfois à l’intersection de différents systèmes qui non seulement ne sont pas synchrones, mais imposent des discontinuités, des lenteurs ou des accélérations au tissage de son histoire. Cet enchevêtrement de pressions temporelles des différents systèmes auxquels il appartient de façons parfois épisodiques peut créer des confusions entre le passé, le présent et le futur. L’exposé aura comme objectif de faire réfléchir aux échappatoires possibles face à ce tourbillon temporel qui semble échapper à tout contrôle.

Edith GOLDBETER

Edith Goldbeter est Docteur en psychologie et psychothérapeute familiale systémique. Professeur honoraire à l’Université Libre de Bruxelles.

Elle est directrice de formation à l’Institut d’Études de la Famille et des Systèmes Humains de Bruxelles.

Membre fondatrice de l’Association Européenne de Thérapie Familiale (EFTA), elle est également Rédactrice en chef des Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux publiés chez De Boeck où elle dirige également la collection Carrefour des psychothérapies.

Discutants : Claire MEYER, directrice du SASPE Notre Abri et Michaël ROSSI, directeur du SPF La Famille d’Accueil Odile Henri


13h30 | « Comment évaluer si des parents peuvent fournir à leur enfant la continuité physique et affective indispensable à son développement ? »

Dans la vie d’un enfant petit, la continuité, c’est comme l’air qu’on respire: on ne se rend compte de son importance vitale que quand on en manque. L’absence de continuité physique ou affective crée des dégâts sous forme d’impossibilité de construire sa pensée, d’acquérir la permanence de l’objet, de troubles psychosomatiques, d’attachement insécurisé, d’angoisse constante de perte; et des dégâts aussi au niveau cérébral. De plus, des processus défensifs contre ces angoisses se fixent rapidement, comme la méfiance à l’égard de toute relation d’aide. L’évaluation des capacités parentales est donc essentielle, en sachant qu’un nourrisson a d’abord besoin d’être rassuré, sécurisé, avant d’avoir besoin d’être aimé. Nous disposons pour cela de guides précieux, qui complètent l’expérience clinique des professionnels et qui doivent toujours s’accompagner d’une évaluation précise et continue fp_dessinemoiunhorizon_filledu développement affectif, intellectuel et social de l’enfant. Notre défi consiste à tenter de permettre à des parents de parvenir à satisfaire les besoins minimum de leur enfant avant que son développement ne soit compromis. En cas d’échec, un autre environnement proposant une continuité au long terme et suffisamment attentif doit être proposé, ce qui pose alors la question des différentes formes de maintien des liens avec l’environnement premier et de la manière dont on accompagne l’enfant dans la suite de son histoire.

Maurice BERGER

Psychiatre, psychanalyste, chercheur, et auteur de nombreuses publications, le Docteur Maurice Berger a été pendant 35 ans chef d’un Service de pédopsychiatrie spécialisé dans la prise en charge des situations de négligence et de maltraitance au Centre hospitalier universitaire de Saint-Étienne, en France. Il a aussi été professeur associé de psychopathologie de l’enfant à la Faculté de Psychologie de l’Université Lyon II et, en 2002-2003, membre du Groupe de travail interministériel français sur la protection de l’enfance à titre de consultant expert. Parmi ses thèmes de recherche, on peut citer les situations de divorce, d’adoption, de garde d’enfants, de négligence et de maltraitance.
Il est régulièrement sollicité pour intervenir à l’Ecole Nationale de la Magistrature. Et il est actuellement psychiatre consultant dans un Centre éducatif renforcé qui reçoit des adolescents délinquants et violents.

Discutants : Marie-Noëlle DE THEUX, psychologue à l’Envol et Michèle MEGANCK, juge de la jeunesse à Bruxelles.


15h20 | « Enjeux individuels et systémiques pour traverser l’enfance et l’adolescence »

fp_dessinemoiunhorizon_garcon2Tout enfant, tout adolescent est amené à traverser différentes étapes de développement et à dépasser les angoisses infantiles si bien décrites dans les contes de fée. Seul, il ne s’en sortirait pas. Ses différents systèmes d’appartenance sont là pour l’aider à se construire. Lorsque ces environnements deviennent chaotiques, c’est ce chaos qui risque d’être introjecté, entravant la sécurité de base. Nous aborderons quelques enjeux liés à cette traversée, tant pour le jeune que pour les adultes gravitant autour et proposerons quelques pistes de réflexion à mettre en oeuvre.

Muriel MEYNCKENS – FOUREZ

Muriel Meynckens-Fourez est psychiatre infanto-juvénile et psychothérapeute systémicienne. Depuis 1980, elle a exercé au sein de l’hôpital pédopsychiatrique Feux-Follets où elle fut directrice médicale de 1991 à 2011. Elle est directrice thérapeutique du département enfants-ado-familles au Service de Santé Mentale de Louvain-la-Neuve. Au Centre Chapelle-aux-Champs, elle est responsable du groupe « Institutions » (supervision d’équipes) et du CEFORES (Centre de Formation et de Recherche en Systémique et thérapie familiale). Elle est par ailleurs membre du comité scientifique de la revue Thérapie Familiale à Genève et chargée de formation dans le programme de médiation familiale, organisé à l’Université Catholique de Louvain.

Discutants : Guy DE CLERCQ, conseiller au SAJ de Mons et Florence DE COCK, avocate membre de la section jeunesse du barreau de Bruxelles.


16h50 | Mot de clôture

17h00 | Verre de l’amitié


Les débats seront modérés par David Lallemand, chargé de Communication et des Projets du Délégué Général aux Droits de l’Enfant et ex-animateur de l’émission de la RTBF “Quand les jeunes s’en mêlent”.

Galerie de souvenirs